Programme

Peter von Matt et Sibylle Berg - De l’amour de soi

Narcisse se penche rêveur sur le miroir de l’eau et y reconnaît sa propre image, découvrant en lui l’amour qu’il refuse aux autres. Il devient ainsi le prototype du narcissique, auquel il donne son nom. Mais l’amour propre et l’amour de soi peuvent avoir des bases et des structures différentes. Il n’est pas dit que toutes les femmes qui se sentent bien avec elles-mêmes doivent être des égocentriques maladives. Et tous les hommes qui ne se limitent pas à l’amour pour leur prochain ne sont pas nécessairement des hédonistes sans scrupule. La littérature, la philosophie, la psychologie, mais aussi les arts plastiques et la musique nous guident dans le labyrinthe de la rencontre radicale avec son propre moi, dont les conséquences sont parfois heureuses, mais plus souvent tragiques. Nos invités en débattront au cours de cette rencontre.

Peter von Matt

Né à Lucerne en 1937, Peter von Matt grandit à Stans (canton de Nidwald). Il fait des études de germanistique, de philologie anglaise et d’histoire de l’art à Zurich et à Nottingham. De 1976 à 2002, année de son départ à la retraite, il est professeur ordinaire de littérature allemande moderne à l’Université de Zurich. En 1972, il est professeur invité à l’Université de Bâle, en 1979, à l’Université de Berne et, en 1980, à la Stanford University en Californie.

Peter von Matt est membre de l’Académie allemande de langue et de littérature de Darmstadt, de l’Académie des sciences de Göttingen, de l’Académie saxonne des arts de Dresde, de l’Académie bavaroise des beaux-arts à Munich et de l’Académie des arts de Berlin. Outre sa carrière académique et de chercheur, il est également critique littéraire et journaliste et travaille régulièrement pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la Neue Zürcher Zeitung et le Tages-Anzeiger ainsi que pour les radios et télévisions allemande et suisse. Il est également membre de divers comités culturels et littéraires, au nombre desquels la Fondation Max-Frisch de l’EPFZ.

Bibliographie

Das Kalb vor der Gotthardpost. Zur Literatur und Politik der Schweiz, 2012, Carl Hanser Verlag
La Svizzera tra origini e progresso, 2015, Armando Dadò Editore
La Poste du Gothard ou les états d’âme du nation, 2015, Éditions Zoé
Wörterleuchten. Kleine Deutungen deutscher Gedichte, 2009, Carl Hanser Verlag
Das Wilde und die Ordnung. Zur deutschen Literatur, 2007, Carl Hanser Verlag
Die Intrige. Theorie und Praxis der Hinterlist, 2006, Carl Hanser Verlag
Öffentliche Verehrung der Luftgeister. Reden zur Literatur, 2003, Carl Hanser Verlag
Die tintenblauen Eidgenossen. Über die literarische und politische Schweiz, 2001, Carl Hanser Verlag
La Svizzera degli scrittori, 2007, Armando Dadò Editore
Sang d’encre. Voyage dans la Suisse littéraire et politique, 2005, Éditions Zoé
Verkommene Söhne, missratene Töchter. Familiendesaster in der Literatur, 1995, Carl Hanser Verlag
Fils dévoyés, filles fourvoyées. Les Désastres familiaux dans la littérature, 1998, Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Liebesverrat. Die Treulosen der Literatur, 1989, Carl Hanser Verlag

Prix

2014 Goethe-Preis der Stadt Frankfurt
2012 Schweizer Buchpreis
2007 Brüder-Grimm-Preis der Universität Marburg
2006 Heinrich-Mann-Preis der Akademie der Künste
2005 Grosses Verdienstkreuz des Verdienstordens der Bundesrepublik Deutschland
2000 Kunstpreis der Stadt Zürich
1997 Orden Pour le mérite für Wissenschaften und Künste Berlin
1994 Johann-Peter-Hebel-Preis des Landes Baden-Württemberg
1991 Johann-Heinrich-Merck-Preis der Deutschen Akademie für Sprache und Dichtung

Sibylle Berg

Née en 1962 à Weimar, l’écrivain et dramaturge suisse alémanique Sibylle Berg vit aujourd’hui à Zurich. Romancière et essayiste, elle écrit également pour le théâtre et publie des chroniques, notamment dans les pages de la Neue Zürcher Zeitung et de l’édition en ligne du Spiegel.

Parmi les principaux ouvrages publiés à ce jour, citons Der Mann schläft (2009), Vielen Dank für das Leben (2012; fr. Merci bien pour la vie, 2015), Wie halte ich das nur alles aus (2013) et Der Tag, als meine Frau einen Mann fand (2015). En 2000, elle remporte le Prix de littérature de la ville de Marburg pour son roman Amerika (1999; fr. 2001) et se voit attribuer le Prix Wolfgang Koeppen en 2008.

Depuis 2013, elle est chargée de cours à la Zürcher Hochschule der Künste où elle enseigne la dramaturgie. Dans leur documentaire Wer hat Angst vor Sibylle Berg (2015), Wiltrud Baier et Sigrun Köhler brossent le portrait de l’auteur. Ses ouvrages sont traduits en 34 langues et ses pièces de théâtre sont montées aussi bien en Suisse qu’à l’étranger.

Bibliographie

Der Tag, als meine Frau einen Mann fand, 2015, Hanser
Wie halte ich das nur alles aus? Fragen Sie Frau Sibylle, 2013, Hanser
Vielen Dank für das Leben, 2012, Hanser
Merci bien pour la vie, 2015, Actes Sud
Der Mann schläft, 2009, Hanser
Die Fahrt, 2007, Kiepenheuer & Witsch
Tragitti, 2010, Gaffi
Habe ich dir eigentlich schon erzählt... Ein Märchen für alle, 2006, Kiepenheuer & Witsch
Giovani amanti, 2008, Liberamente
Ende gut, 2004, Kiepenheuer & Witsch
Happy End (traduzione italiana), 2007, Barbera
Das Unerfreuliche zuerst. Herrengeschichten, 2001, Kiepenheuer & Witsch
La Mauvaise Nouvelle d’abord. Des histoires d'hommes, 2003, Éditions Jacqueline Chambon
Gold, 2000, Hoffmann und Campe
Amerika, 1999, Hoffmann und Campe
Amerika (traduction française), 2001, Éditions Jacqueline Chambon
Sex II, 1998, Reclam
Ein paar Leute suchen das Glück und lachen sich tot, 1997, Reclam
Chercher le bonheur et crever de rire, 2000, Éditions Jacqueline Chambon
 
Œuvres théâtrales (sélection)
Mein ziemlich seltsamer Freund Walter, 2014, prima: Consol Theater Gelsenkirchen
Viel gut essen, 2014, prima: Schauspiel Köln
Und jetzt: die Welt!, 2013, prima: Maxim Gorki Theater
Angst reist mit, 2013, prima: Staatstheater Stuttgart
Die Damen warten, 2012, prima: Theater Bonn
Nur Nachts, 2010, prima: Wiener Akademietheater
Die goldenen letzten Jahre, 2009, prima: Theater Bonn
Von denen, die überleben, 2008, prima: Schauspielhaus Zürich
Das wird schon. Nie mehr Lieben!, 2004, prima: Schauspielhaus Bochum
Hund, Mann, Frau, 2001, prima: Theater Rampe Stuttgart
Helges Leben, 2000, prima: Schauspielhaus Bochum
Ein paar Leute suchen das Glück und lachen sich tot, 1999, prima: Theater Rampe Stuttgart

Prix

2008 Wolfgang-Koeppen-Preis
2000 Marburger Literaturpreis

Martin Meyer - Présentation

Martin Meyer, né en 1951 à Zurich, est journaliste et auteur. Après des études d’histoire, de littérature et de philosophie, il obtient son doctorat avec une thèse sur Schiller et le romantisme allemand. Il publie ensuite sur Ernst Jünger, le journal de Thomas Mann et le thème de la fin de l’histoire. Parmi ses ouvrages les plus récents, signalons Piranesis Zukunft. Essays zu literatur und Kunst (2009) et Albert Camus – Die Freiheit leben (2013). Depuis 1974, il est rédacteur des pages culturelles de la Neue Zürcher Zeitung, et leur directeur de 1992 à 2015. En 2004, il reçoit le Prix européen de l’Essai Charles Veillon, en 2011 il est nommé docteur honoris causa de l’Université de Saint-Gall et en 2015, il obtient le Prix Kythera. Il est membre correspondant de l’Académie allemande pour la langue et la littérature.