© Gunter Glücklich – www.guntergluecklich.com
Programme

Uwe Timm

Si les utopies deviennent des odyssées

Uwe Timm allie à l’aisance narrative un talent d’ethnologue de la vie quotidienne. Né à Hambourg, il cultive depuis l’enfance un penchant naturel pour les réalités les plus diverses. Déjà, à la table de la cuisine de sa tante, il aimait écouter des histoires de capitaines, de trafiquants du marché noir et de prostituées. La vingtaine de romans qu’il a écrits traite de la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale, du mouvement étudiant et de la quête de nouveaux modes de vie chez les émigrés allemands. Le désir d’utopies peut aussi se transformer en odyssée.

Langue : allemand ; traduction simultanée : italien

La rencontre pourra également être suivie en direct, en streaming, sur notre site.
La traduction simultanée n'est disponible qu'au Monte Verità.

 

Uwe Timm

Né à Hambourg en 1940, Uwe Timm vit entre Munich et Berlin. Il a étudié la langue et civilisation allemande, ainsi que la philosophie à Munich et à Paris. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en philosophie sur Albert Camus, qu’il a soutenue en 1971. Uwe Timm a reçu de nombreux prix pour sa production littéraire et a été nommé à l’Académie allemande pour la langue et la littérature et aux Académies des arts de Berlin, de Hambourg et de Bavière. Parmi ses publications, rappelons ses romans La Découverte de la saucisse au curry (Seuil, 1996), Rot (Kiepenheuer & Witsch, 2001 ; prix Napoli 2006 et prix Mondello internazionale 2006), Halbschatten (Kiepenheuer & Witsch, 2008), Le Refuge aux oiseaux (Piranha, 2017) et Ikarien (Kiepenheuer & Witsch, 2017). Signalons enfin le récit autobiographique À l’exemple de mon frère (Albin Michel, 2005) et ses essais Der Verrückte in den Dünen. Über Utopie und Literatur (Kiepenheuer & Witsch, 2020).

Maike Albath - Présentation

Née à Brunswick, Maike Albath vit à Berlin. Après des études de langue et de littérature italienne et allemande à Berlin et à Padoue, elle a consacré sa thèse de doctorat à l’œuvre poétique d’Andrea Zanzotto. Depuis 1993, Maike Albath travaille en tant que journaliste à la radio publique allemande Deutschlandfunk. Elle publie ses critiques dans différents journaux, parmi lesquels le Süddeutsche Zeitung. Elle anime de nombreuses émissions de radio sur l’Italie littéraire et est l’auteure de plusieurs essais et monographies. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’histoire culturelle italienne. En 2010, elle publie Der Geist von Turin (Berenberg), un livre dédié à la fondation de la maison d’édition Einaudi. Dans son deuxième ouvrage, Rom, Träume (Berenberg, 2013), elle fait revivre la Rome de la dolce vita. Italo Svevo (Deutscher Kunstverlag, 2015) dresse en revanche le portrait du célèbre écrivain triestin. Son dernier ouvrage, Trauer und Licht (Berenberg, 2019), est une étude de la littérature sicilienne.